Bitcoin et débutants : voilá les 9 questions les plus posées

Dans ce manuel concis, certains doutes sur l’utilisation et le fonctionnement de bitcoin, la première des monnaies crypto, sont levés. L’utilisation de la monnaie cryptographique, qui a été lancée en 2009, a une date d’expiration ; le montant de ces pièces circulant dans l’espace numérique n’est pas illimité.

Imaginez que votre ordinateur ou votre smartphone soit capable de créer de l’argent. Que, sur simple pression d’un bouton, vous et des millions de personnes de chez vous pourriez émettre des unités d’une monnaie virtuelle qui coûterait des milliers d’euros au taux de change. La proposition est tentante, d’autant plus si l’on imagine que cette monnaie ne peut être contrôlée par aucun État ou autre institution financière et que la traçabilité des transactions est difficile à retrouver. Mais c’est presque tout inventé, et bitcoin n’allait pas en être moins.

La crytodivision est l’une des grandes révolutions technologiques du 21ème siècle et suscite autant de passions que de scepticisme. L’idée générale est que bitcoin est venu pour enlever des pièces et des billets de nos poches et les échanger contre des sacs virtuels. C’est dans ces portefeuilles que nous collecterons les salaires, que nous paierons le téléphone ou le dîner la veille au soir, mais l’approche soulève plusieurs questions : que deviendront les banques, où seront les grandes sociétés de traitement des paiements comme Visa, MasterCard ou PayPal, les États seront-ils ruinés par de nouvelles formes de fraude fiscale ?

Face à l’utopie, des faits. Le bitcoin porte l’étiquette de drame énergétique qui est attachée à son nom. Si c’était un pays, ce serait le 92e au monde à consommer le plus d’énergie, et il y en a 193 reconnus par l’ONU. Une seule opération dans la chaîne de blocs (la technologie sur laquelle fonctionne la monnaie cryptée) équivaut à glisser une carte de crédit 14 262 fois dans le dataphone. Au problème environnemental s’ajoutent les courants d’opinion qui désignent les cryptes (et en particulier le bitcoin) comme un pâturage habituel pour les spéculateurs et autres requins financiers.

Si vous avez fait tout ce chemin, c’est parce que le sujet vous intéresse. Donc, bien que les experts soient d’accord, voilá 9 réponses à plusieurs questions qui ont probablement été posées lors de la lecture ci-dessus ou lorsque vous avez entendu parler pour la première fois de cryptomonnaie.

1. Qu’est-ce que le bitcoin ?

Au moment d’écrire ces lignes, un bitcoin vaut 3 656 dollars (environ 3 207 euros) *. Son prix oscille en fonction de l’offre et de la demande, car comme nous l’avons dit plus haut, la cryptodivision ne dépend que de la confiance des gens et n’est soutenue par aucune banque centrale dans le monde. C’est pourquoi on dit qu’elle est décentralisée.

De plus, le bitcoin est intangible, il n’existe pas en dehors d’Internet. Il ne peut pas être touché ou stocké dans votre poche parce qu’il n’est pas réel, mais virtuel ; et il utilise le protocole P2P (Peer to Peer) pour fonctionner, ce qui garantit que tous les utilisateurs partagent les informations d’une manière identique, sans priorités entre eux. Grâce au P2P, BitTorrent vous permet de télécharger des films et des séries. Comme dans les débuts de l’Internet, lorsque Kazaaa et eMule étaient les programmes d’échange de fichiers les plus utilisés par les utilisateurs.

2. De quoi ai-je besoin pour l’obtenir ?

Pour créer un bitcoin, vous avez besoin d’un ordinateur, d’un microprocesseur et de beaucoup de puissance. Tous ceux qui exploitent les bitcoin (c’est ainsi que la procédure d’extraction de crypto est connue) savent qu’un CPU (un ordinateur utilisé) ne peut pas supporter la tâche exigeante, donc un autre type de microprocesseur plus puissant, appelé un GPU, est nécessaire. La traduction espagnole est une ” unité de traitement graphique ” dont la fonction est, de manière générale, d’alléger la charge de travail du reste de l’équipe. Pour extraire le bitcoin, le GPU doit effectuer des millions de calculs dans les plus brefs délais, et le premier mineur à résoudre un bloc gagne.

3. Où puis-je l’obtenir ?

De la chaîne de blocs, qui en anglais est connu sous le nom de blockchain. Imaginez une grande carrière de pierre avec des milliards de paquets, chacun avec un peu de monnaie à l’intérieur. Les mineurs devront les tailler jusqu’à ce qu’ils sortent la crypto, mais tous ne portent pas une pioche : il y en aura qui auront des excavateurs ultramodernes, d’autres qui porteront des armées de tunneliers et ceux qui utilisent des lasers puissants pour briser la pierre. Chaque fois que l’un d’eux reçoit un bitcoin, le reste des mineurs le vérifie : ils étaient là et l’ont vu de leurs propres yeux.

Malgré tout, comme la configuration de la carrière est généralement un peu méfiante, elle exigera d’eux la preuve que le bitcoin a bien été extrait (ce qu’on appelle une preuve de travail), à laquelle ils répondront par un certificat cryptographique qui prouve que c’est un mineur particulier et non un autre qui a extrait la crypto de la pierre du bloc. La carrière, avec son modèle, serait l’équivalent de la chaîne de blocs.

4. Le Bitcoin, c’est pour quoi faire ?

Principalement pour payer sur Internet. Mais ce n’est pas tout : de plus en plus de magasins, tant en Espagne que dans le reste du monde, commencent à accepter les paiements par cryptodivise. Le site Web coinmap.org fournit des informations détaillées sur tous les commerçants qui prennent en charge la monnaie virtuelle.

5. La “blockchain”, la chaîne de blocs peut-elle être piratée ?

Non. Dans la chaîne de blocs, toutes les opérations sont enregistrées, de sorte qu’elle fonctionne comme un grand réseau social dans lequel tous les mineurs s’autocontrôlent entre eux, validant chaque opération par le simple fait de l’avoir “vue”. Il s’agirait d’un excellent dossier dans lequel tous les mineurs noteraient leurs exploits et personne ne pourrait mentir ou effacer les informations qu’ils ont déjà incluses auparavant. Pour tromper l’algorithme, tous les mineurs devraient accepter de compter le même tour, et cela n’arrivera jamais.

6.Combien de personnes ont du bitcoin ?

C’est impossible à savoir, car n’importe quel nombre offert serait une pure spéculation. Malgré tout, le web blockchain.info offre des informations officielles et mises à jour au moment des opérations qui sont effectuées avec la monnaie virtuelle dans le monde. Aujourd’hui, il y a un peu plus de 25 millions de porte-monnaie virtuels sur Internet, donc le nombre de personnes qui utilisent bitcoin est probablement un peu plus bas. Le bitcoin est limité.

7. Vont-ils finir un jour ?

Oui, et ils sont de moins en moins nombreux, comme ce sera le cas en 2030, lorsque l’extraction du bitume prendra fin. L’année est exacte parce que la quantité de monnaie virtuelle en circulation l’est aussi : d’ici là, il y aura 21 millions d’unités qui fluctueront dans tous les coins de l’Internet. Mais l’algorithme de Satoshi Nakamoto cache un petit piège, à savoir que plus le bitcoin est extrait, plus il sera difficile dans le futur. Jusqu’à présent, un peu plus de 80 % des mines ont été exploitées, de sorte qu’il n’en reste plus que 4,2 millions.

A l’approche de 2030, chaque bitcoin sera plus difficile à extraire, ce qui entraînera une augmentation de la demande et de son prix. Le ” D ” des économistes croît parce que chaque 210 000 blocs minés (en temps naturel, environ quatre ans) produit une réduction de moitié, ou ce qui est le même : que la récompense par bloc extrait est réduite de moitié. Actuellement, chaque mineur gagne 12,5 bitcoin par bloc, un montant qui passera à 6,25 bitcoins/bloc en juin 2020.

8. Qui est Satoshi Nakamoto ?

C’est la seule entreprise qui dirige le manifeste fondateur de bitcoin, qui a été publié pour la première fois sur Internet à l’Halloween 2008. Un an plus tard, Nakamoto-san a lancé le logiciel et la technologie de la chaîne de blocs dans le monde entier, mais jusqu’à présent personne ne l’a vu ni ne sait qui il est. Il n’y a pas non plus de preuve qu’il soit une personne, deux, trois ou un groupe de vingt, bien que ceux qui ont essayé de le supplanter n’aient pas fait défaut. Le plus célèbre est peut-être Craig Steven Wright, un Australien qui, en décembre 2015, a annoncé au monde entier qu’il présenterait une preuve cryptographique avec la clé du premier bitcoin qui a été mis en circulation en 2008. En fin de compte, il a rétréci et éliminé toutes les entrées de son blog sur Internet, admettant indirectement que tout avait été un bon bluff qui a failli entrer.

9. Existe-t-il d’autres monnaies crypto que bitcoin ?

Oui, le site Web coinmarketcap.com énumère jusqu’à 1 634 pièces virtuelles, chacune ayant sa propre valeur et capitalisation. Si l’on laisse de côté le bitcoin – la crypte la plus transcendantale pour ses propres motifs – il y a l’éthéréum, qui est aujourd’hui échangé pour un peu plus de 500 dollars (424 euros). Il ne manque pas non plus de’trolls’ virtuels, tels que SexCoin, PutinCoin ou UFOCoin, chacun avec des valeurs allant de 0,00019 dollar à 0,039 dollar.

*La valeur d’un bitcoin a été mise à jour au 15/01/2019, puisque dans la version papier, publiée en juillet 2018, un bitcoin valait 7.236 dollars (6.150 euros).