Archives de l’auteur : admibtcn

bitcoin justice cryptomonnaie

Le Bitcoin (BTC) désormais qualifié de forme légale de monnaie par les autorités françaises

Comme le rapporte le journal économique Les Echos (voir source), le Bitcoin a désormais le statut officiel de monnaie en France. Le BTC a été reconnu par le tribunal dans une décision concernant les cryptomonnaies fin février mais cela n’a pas été rendu publique que maintenant.

Le tribunal français considère le Bitcoin comme une monnaie

Il faut s’attendre maintenant à ce que cette décision améliore la situation des transactions de bitcoin et stimule la liquidité du BTC. Le verdict susmentionné a été rendu par le tribunal de commerce de Nanterre – le BTC a été reconnue comme un actif incorporel fongible, similaire à une monnaie fiduciaire. Cette décision permet désormais à Bitcoin d’être utilisé légalement comme argent. Elle devrait donc stimuler le nombre de transactions de bitcoins en France pour les prêts, échanges, retraites, etc. et, ainsi, transformer le marché de la cryptographie en un marché plus liquide.

L’affaire juridique initiale

Le tribunal a pris cette décision alors qu’il travaillait sur un litige entre la bourse de cryptage française Paymium et la société d’investissement anglaise BitSpread, qui s’occupe de cryptage.
En 2014, Paymium a prêté à BitSpread un certain montant de BTC. Lorsque Bitcoin Cash est apparu en 2017 à la suite du hard fork et que tous les détenteurs de BTC ont reçu des BCH dans un rapport de 1:1, la question s’est posée de savoir si BitSpread devait restituer à Paymium les BCH qu’elle avait également reçus.

En résumé, Paymium a prêté 1.000 bitcoins à BitSpread en 2014, avant la scission (hard fork) du bitcoin en 2017, en créant une nouvelle cryptomonnaie, le bitcoin Cash, selon une parité d’un pour un. Le motif du contentieux posait la question du retour au prêteur, ou non, des bitcoins Cash issus de la scission. La portée de cette décision est considérable car elle permet de traiter les bitcoins comme de l’argent ou d’autres instruments financiers. Cela facilitera donc les transactions de bitcoins, telles que les prêts ou les opérations de rachat, qui sont en pleine croissance, et favorisera donc la liquidité du cryptomarché

L’Allemagne a été la première à légaliser le Bitcoin

Auparavant, le Bitcoin avait fait la une des journaux en annonçant que l’Allemagne était devenue le premier pays d’Europe à lui donner un statut légal et à le reconnaître comme “argent privé” et outil financier.

Confusion sur la classification juridique des cryptomonnaies

La définition juridique des cryptoactifs fait l’objet de nombreux débats, et beaucoup se demandent s’il s’agit d’argent, de produits, de titres ou de jetons d’utilité. Cependant, de temps en temps, des sources officielles dans différents pays font la lumière sur cette question.

Le Japon a été l’un des premiers États à clarifier la nature juridique de Bitcoin. Début mai 2016, le pays asiatique a officiellement reconnu le bitcoin et les pièces numériques comme de la monnaie. Il y a un peu plus d’un an, l’État américain du Wyoming a également adopté une loi qui permettra de reconnaître les pièces cryptographiques comme de l’argent.

En juillet 2019, le Bitcoin a été légalement reconnu par un tribunal chinois, qui a conclu que le la cryptomonnaie devait être considérée comme une propriété numérique.

Source de l’article : https://www.lesechos.fr/finance-marches/banque-assurances/la-justice-francaise-assimile-le-bitcoin-a-de-la-monnaie-1182460

 

Un magnat du Bitcoin veut construire une ville utopique dans le Nevada

 

nevada désert.jpg
Jeffrey Berns a posé la première pierre

Un millionnaire féru de cryptomonnaie à l’instinct de bâtisseur veut construire une communauté de la blockchain sur un gigantesque terrain désertique, qu’il vient de s’offrir aux États-Unis.

Jeffrey Berns a 56 ans. Il est avocat et est devenu millionnaire grâce à sa société Blockchains LLC, qu’il a créée dans l’effervescence de cette technologie qui fait rêver de plus en plus de curieux. Le propriétaire a acheté cette année un immense terrain de 67 000 acres, dans le nord de l’État du Nevada aux États-Unis (soit 27 000 hectares ou plus de 79 Central Park), en l’échange d’une coquette somme : 170 millions de dollars (149 millions d’euros), en espèces s’il vous plaît ! Berns veut y bâtir une véritable communauté qui reposerait sur la blockchain.

Une smart city qui tournerait grâce à la blockchain

Le Nevada a légalisé le cannabis, n’a toujours pas aboli la peine de mort, et est riche en matières minières. Mais le Nevada est aussi un État connecté qui abrite notamment la plus grande centrale solaire photovoltaïque du continent américain. Les ambitions de Jeffrey Berns, elles, visent un tout autre minage : celui de la cryptomonnaie.

Et avec l’acquisition de cet immense terrain, l’avocat veut donner vie à un projet qui aurait pu sortir tout droit de l’esprit d’un Elon Musk ou d’un Richard Branson.

Sur ce lieu, Berns veut construire une smart city dotée d’une infrastructure basée sur la blockchain, lui qui a été conquis par l’Ethereum, l’une des nombreuses cryptomonnaies. La ville hébergera un parc de haute sécurité qui associera la techno blockchain à l’intelligence artificielle, la nanotechnologie et l’impression 3D. Maisons, écoles, quartiers commerciaux, studios de production… le propriétaire compte bien fonder cette communauté expérimentale en montrant au monde entier qu’il est possible d’allier développement commercial et nouvelles technologies.

90% des dividendes reversés aux résidents

Berns estime qu’à l’instar du Bitcoin, qui rend possible le transfert d’argent sans passer par sa banque, la blockchain permettra aux futurs « citoyens » de sa ville de
contrôler leurs propres données et leur identité sans avoir à compter sur les gouvernements ou grandes entreprises.

Si le bâtisseur a été attiré par les avantages fiscaux indéniables du Nevada, d’autres projets utopiques sont déjà tombés à l’eau. Mais il étaient peut-être plus politisés. Jeffrey Berns, lui, assure que 90% des dividendes qu’il génère seront reversés à une structure d’entreprise détenue par les résidents.

Le bitcoin s’effrondrerait ou c’est juste une pause pour reprendre son souffle ?

Infographie: Le bitcoin s'effondre | Statista

Il est monté, monté et puis il a dégringolé !

La chute du bitcoin semble continuer: il vient de “perforer” le plancher des 8000 dollars USD (environ 7200 €) ce qui constitue la plus grande chute en valeur depuis son pic à 20.000 dollars il ya pas si longtemps… une chute de 64% depuis dëcembre 2017, en moins de 2 mois!

L’hypervolatilité des cryptomonnaies, dont le populaire “bitcoin” en tête, est un grand classique des marchés – et les gourous et les régulateurs avertissent de leur dangers en permanence – mais sans aucun doute, il doit y avoir en ce moment même de nombreux investisseurs, grands et petits, qui doivent s’arracher les cheveux au vu des pertes et surtout ils doivent se demander que faire de leur… “monnaie de singe” ou presque !
De plus, 4 grandes banques –Lloyds Banking Group, JP Morgan Chase, Bank of America y Citigroup– viennent d’interdire à leurs clients d’acheter des bitcoins et autres criptomonnaies avec leur cartes de crédit, pensant faire une bonne affaire, achetant à crédit et espérant des gains faciles avec les hausses continuelles des bitcoins.

Pourquoi une telle chute ? Faut-il acheter maintenant ?

La bulle serait-elle en train d’exploser ou alors il ne s’agit que de corrections de marchés pour reprendre à la hausse ? Seul l’avenir nous le dira. Mais rappelez-vous de quelque chose : toutes les criptomonnaies sont limitées en quantité or une ressource limitée a toujours tendance à devenir chère de par sa rareté !

A bon entendeur, salut !